Historique et pacifique

Plus de 200 000 personnes ont participé à une manifestation contre la hausse des frais de scolarité cet après-midi à Montréal, selon les estimations de la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ). Malgré une participation historique, le rassemblement s’est déroulé dans le calme; le Service de police de la Ville de Montréal ne rapportant aucune arrestation.

Par Laura Pelletier B

Munis de leurs pancartes et de leurs carrés rouges, étudiants, enseignants et supporters ont traversé le Centre-ville, Place du Canada à la Place Jacques-Cartier, dans le Vieux-Port. Les représentants des mouvements étudiants prévoyaient attirer environ 100 000 participants, mais leurs attentes ont été dépassées. «J’ai parlé avec des militants de longue date et tous s’entendent pour dire qu’ils n’ont jamais vu une aussi grande foule», s’est réjouie Martine Desjardins, présidente de la FEUQ, alors qu’elle était assise à la Place Jacques-Cartier. Gabriel Nadeau-Dubois, porte-parole de la Coalition large de l’Association pour une Solidarité Syndicale Étudiante (CLASSE), indiquait pour sa part que «c’est une manifestation qui marquera l’histoire» et que sa coalition «en est extrêmement satisfaite».

La créativité battait son plein au sein de cette manifestation pacifique. Les membres du collectif Maille à Part ont défilé avec leur courtepointe formée de carrés rouges. À côté, d’autres étudiants ont choisi de marcher avec des marionnettes géantes à l’effigie du premier ministre québécois. Les membres de la Boîte Rouge, groupe formé en majeure partie d’étudiants de l’UQAM en télévision et en cinéma, diffusaient quant à eux la manifestation en direct sur Internet.

L’École de la Montagne Rouge, une initiative des étudiants de design graphique à l’UQAM, sortait du lot avec sa caisse de résonnance artisanale — un gros chariot sur lequel étaient accrochés des tam-tams — et un immense cube rouge fait de tissu. «Notre but n’est pas d’être au début de la manifestation, mais plutôt de ressortir parmi la foule», a indiqué Shayne Tupper, un étudiant impliqué à l’École de la Montagne Rouge.

Les étudiants de la Faculté de médecine de l’Université de Montréal manifestaient eux aussi, fièrement vêtus de leur sarrau blanc. «Nous sommes en grève jusqu’à vendredi et avons une assemblée générale en après-midi. On espère reconduire la grève pour pouvoir participer aux prochaines actions», affirme Alexis Rompré-Brodeur, étudiant de première année au doctorat en médecine.

«Je veux aller à l’université plus tard. Ce que tu deviens ne devrait pas dépendre du milieu d’où tu viens», croit Kenza Louchani, une étudiante d’Henri-Bourassa, l’école secondaire la plus défavorisée de l’île de Montréal. Plusieurs élèves du secondaire avaient levé les cours pour participer à cet événement, dont près de 200 jeunes de l’école Henri-Bourassa.

Deux spectacles organisés par la CLASSE — l’HAUSSEtie D’Show et le show des pas de CLASSE — ont suivi la manifestation, et d’autres actions sont prévues la semaine prochaine. Gabriel Nadeau-Dubois a avoué que cet événement historique «met la barre très haute pour les prochaines manifestations».

Crédit photo: Olivier Lauzon

Publié sur le site internet du Montréal Campus

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s