Japon: Fukushima recherche des professeurs d’anglais

jonathansullivan

24 HEURES – Le vendredi 28 juin 2013

Actualités

CATASTROPHE NUCLÉAIRE DE FUKUSHIMA

À la recherche de professeurs d’anglais

Du primaire à l’université, les écoles de la préfecture de Fukushima, au Japon, peinent à combler les postes d’enseignants d’anglais, constate le professeur de japonais à l’Université du Québec à Montréal et à l’Université Laval, Tatsuhide Mizoe. Les étrangers hésitent maintenant à s’installer dans cette région victime d’une catastrophe nucléaire en mars 2011. «On voit que la région souffre encore des évènements», admet le japonais natif.

L’enseignement de l’anglais fait partie du programme d’études des écoles primaires et secondaires au pays du Soleil-Levant. Les grands collèges et les universités ont, pour la plupart, des départements de langue étrangère où l’anglais est mis de l’avant.

«Il est préférable d’avoir des enseignants dont c’est la langue maternelle, ce que l’on trouve peu au pays», explique Tatsuhide Mizoe. La population japonaise est constituée à 99% de Japonais, 0,8% de Coréens et seulement 0,2% de citoyens d’autres origines.

Fukushima, qui compte plus de sept universités et collèges, en plus des nombreuses écoles primaires, secondaires, a perdu plusieurs professeurs étrangers à la suite des événements de mars 2011, explique Tatsuhide Mizoe. «Avant, le recrutement n’était pas un problème, mais maintenant, peu veulent vivre dans les environs.»

Certaines écoles de la région ont d’ailleurs fermé leurs portes durant quelques semaines, voire quelques mois, au printemps 2011. L’enseignant précise toutefois que des bénévoles étrangers et des Japonais d’origine sont tout de même venus s’installer dans les régions touchées par le séisme pour venir en aide à la communauté.

En 2011, les participants du programme d’enseignement de l’anglais Japan Exchange and Teaching (JET) travaillant dans les villes touchées avaient d’ailleurs été déplacés dans d’autres écoles. «Toutefois, pour l’année 2012-2013, aucun des participants qui ont eu un poste dans la région touchée par les événements ne l’a refusé», indique Tania Giroux, la directrice de JET Québec/Atlantique. Une trentaine de Canadiens enseignent actuellement à Fukushima.

Une culture à découvrir

Le directeur des écoles linguistiques Kodojo et Dojo, Jonathan Sullivan, a enseigné dans des petits villages du Japon pendant trois ans. Il a déniché des emplois dans la ville d’Usa, située sur l’île de Kyushu et dans la ville d’Okaido, au nord du Japon.

«C’est le peuple le plus gentil au monde», indique celui qui a eu un coup de foudre pour la culture nippone. Il hésiterait néanmoins à aller enseigner dans les environs de Fukushima. «On ne sait pas ce qui arrive avec la radioactivité.» Il ne doute pas que ce soit plus difficile de trouver des professeurs d’anglais dans la région. «C’est dommage, car c’est un pays incroyable», dit-il.

Le Consul général du Japon à Montréal, Tatsuo Arai, encourage pour sa part les Québécois à poursuivre leurs échanges linguistiques au Japon. Il apprécie l’aide apportée par le Canada et estime que la catastrophe «les a peut-être même rapprochés davantage». Il constate que la culture japonaise est encore méconnue au Québec, et il espère que la situation change, notamment grâce aux opportunités d’enseignement de l’anglais au Japon.

Laura Pelletier/UQAM

Publicités

2 réflexions sur “Japon: Fukushima recherche des professeurs d’anglais

  1. Thanks for the sensible critique. Me & my neighbor were just preparing to do a little research about this. We got a grab a book from our local library but I think I learned more from this post. I’m very glad to see such magnificent information being shared freely out there.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s